Le salon Batimat s’est tenu pendant toute une semaine début novembre à Paris. Les mesureurs en étanchéité à l’air étaient conviés le jeudi 7 novembre à une après-midi de conférences qui leur était consacrée. L’occasion pour un certain nombre d’acteurs importants du secteur de dévoiler les sujets du moment. L’équipe Infiltrea était présente lors de cet événement et vous en livre les principales informations.

État des lieux de la perméabilité à l’air des bâtiments

Une présentation du CETE de Lyon a donné quelques informations sur l’état du secteur.

Chaque année, le ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie collecte les principales informations relatives aux mesures réalisées via le registre des opérations, que doivent leur transmettre tous les mesureurs. L’objectif principal étant de surveiller l’évolution de la perméabilité à l’air de l’enveloppe.

Les 31 000 mesures collectées jusqu’à présent nous permettent de tirer certains enseignements :

  • On constate des inégalités géographiques importantes en nombre de mesures réalisées : de quelques centaines (Limousin, Bourgogne, Champagne-Ardenne) à plusieurs milliers (Pays de la Loire, Rhône-Alpes, Bretagne) en fonction des régions.
  • La grande majorité des bâtiments mesurés sont neufs : moins de 2 000 ont été construits avant 2010.
  • Sans surprise, la perméabilité à l’air moyenne mesurée est meilleure pour les bâtiments plus récents (Q4Pa-Surf de 2,5m3/h.m² pour les bâtiments résidentiels et de 3,4 pour les bâtiments résidentiels pour les constructions datant d’avant 1950, puis un plateau aux alentours de 1,6 entre 1950 et 2000 en enfin une baisse notable vers 0,6 pour les bâtiments résidentiels et 1 pour les bâtiments non résidentiels depuis 2010).
  • La part des logements collectifs mesurés augmente sans cesse,
  • La perméabilité est légèrement meilleure en moyenne pour les constructions résidentielles en béton cellulaire, bois et brique que pour les constructions résidentielles en pierre, en combinaison de bois et de béton et en combinaison d’acier et de béton. Pour les constructions non-résidentielles, il s’agit de celles en Bois et en une combinaison de Bois et de Béton qui sont en moyenne les plus performantes.
  • 90% des maisons individuelles mesurées visant le label BBC-Effinergie contre 50% de celle ne visant aucun label respectent les exigences de la RT2012 (Q4Pa-Surf < 0,6).

Responsabilité et Assurance

Le métier de mesureur de la perméabilité à l’air est un métier récent, par conséquent le recul n’est pas suffisant pour permettre de connaître avec précision les risques encourus en cas de litige sur le résultat d’une mesure.

Néanmoins, il est clair qu’une responsabilité peut être engagée, et que dans le cas où une autre mesure invalide celle qu’un mesureur a réalisée par le passé, il est plus prudent d’avoir alors en sa possession le maximum d’éléments justifiant la bonne application de la procédure et la conformité du matériel.

La conservation des documents : photographies, rapports, éléments de configuration et certificats de calibration devrait idéalement être assurée pour une durée de 10 ans.

Protection incendie

Un expert en Installation d’Extinction Automatique à Gaz (IEAG) a présenté l’opportunité de diversification que représente le test d’étanchéité à l’air de salles protégées contre l’incendie par une IEAG.

En effet, les gestionnaires de ces salles doivent garantir que le gaz lâché dans la salle en cas d’incendie restera présent suffisamment longtemps.

Un test d’étanchéité est donc nécessaire, mais suivant une norme et une procédure différentes de celles du test d’étanchéité de l’enveloppe des bâtiments.

Réseaux aérauliques

La démarche qualité VIA Qualité :

Un groupement d’acteurs comprenant notamment le CETE et le bureau d’études Allie’air travaillent à la mise en place d’une démarche qualité pour les systèmes de ventilation sur le modèle de l’annexe VII de la RT2012 pour l’étanchéité à l’air de l’enveloppe.

Cette démarche a pour ambition de permettre d’améliorer les performances des systèmes de ventilation afin de limiter les sources internes de pollution de l’air tout en garantissant la qualité de l’étanchéité à l’air des bâtiments, il est prévu qu’elle soit préparée en 2014 et mise en pratique fin 2015.

La qualification:

Aujourd’hui, pour être autorisé à réaliser des mesures de réseaux aérauliques dans le cadre du protocole Effinergie, il n’est pas nécessaire d’avoir de qualification spécifique, même s’il est possible de se former auprès de l’un des centres de formation agréés Effinergie.

Mais cela va certainement rapidement changer, puisque Qualibat met en place début 2014 une qualification « 8721 » pour l’étanchéité à l’air des réseaux aérauliques. Cette qualification s’adressera aux opérateurs souhaitant se positionner sur ce secteur en plein développement.

Informations de connaissances générales sur leur secteur, éclairage sur les nouveautés, les diversifications possibles et prévention : cette après-midi de conférences aura été particulièrement enrichissante pour les mesureurs.

Au fur et à mesure que le secteur d’activité prouve son efficacité sur les performances en perméabilité à l’air des bâtiments et qu’il peut s’appuyer sur des outils de plus en plus performants, il se structure davantage et se diversifie, offrant de nouvelles opportunités.